electric-vehicle

Indice des véhicules électriques (VE) 2022

L’industrie automobile est en train de vivre sa plus importante transformation depuis la première ligne de production de Henry Ford en 1913. Aujourd’hui, la progression se concentre principalement sur les véhicules électriques qui ont le potentiel de réduire la quantité de pollution produite par les moteurs à combustion interne.

La transition générale vers un avenir à faible émission de carbone doit se faire dans de nombreux pays. En outre, il est possible de constater une croissance de l’e-mobilité dans de nombreux pays. Aucun pays n’est encore totalement prêt pour les VE, mais certains en sont proches.

Certaines personnes n’aiment pas le changement, mais vous devez l’accepter si l’alternative est un désastre.

Elon Musk

Cet indice des véhicules électriques explique l’approche de la transition vers les VE. Cela implique de rendre les véhicules électriques plus accessibles aux consommateurs et d’investir dans de nouveaux modèles de VE. Les pays doivent se concentrer sur l’amélioration des infrastructures de recharge et d’énergie. Cette technologie peut également contribuer à développer le marché des véhicules électriques.

Croissance du marché mondial des véhicules électriques

2021 a été une année difficile pour presque toutes les industries du monde. La pandémie a également eu un impact important sur le secteur automobile. Les arrêts mondiaux ont entraîné des baisses de la production et des chaînes d’approvisionnement. Mais certains pays ont constaté une croissance dans l’adoption des VE, même avec la pandémie de Covid-19.

Selon les données de McKinsey, malgré la baisse mondiale des ventes de VE en 2019 et au premier trimestre 2020, l’Europe a augmenté sa part de marché à 25 % en enregistrant une croissance de 44 %. Le nombre de personnes enregistrant de nouvelles voitures électriques a augmenté de 41 % en 2021.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les ventes mondiales de voitures électriques ont augmenté d’environ 140 % au premier trimestre 2021 par rapport à la même période en 2020, grâce aux ventes d’environ 500 000 véhicules en Chine et d’environ 450 000 en Europe.

Les trois plus grands marchés de VE

  1. La Chine
  2. L’Europe
  3. Les États-Unis

La Chine

La Chine est le plus grand marché de VE au monde (environ 50 % des ventes mondiales) et souhaite passer aux voitures entièrement électriques ou hybrides d’ici 2035. Compte tenu des données de Power Technology, 1,1 million de véhicules électriques ont été livrés au cours du premier semestre 2021. La Chine est restée le premier marché mondial des VE, représentant 12 % des ventes mondiales.

La Chine fournit des véhicules électriques relativement peu coûteux. Les constructeurs chinois, tels que BYD, SAIC, BAIC ou Geely, obtiennent de bons résultats et, pour atteindre davantage de clients, sont en mesure de vendre et de produire des véhicules électriques encore moins chers (notamment pour l’Europe). La Chine est le premier producteur et exportateur mondial de batteries et de composants de batteries, et des entreprises chinoises comme CATL ont connu une croissance remarquable ces dernières années. Les principales technologies qu’ils utilisent sont les brevets technologiques et la recharge sans fil. Ils prévoient également de développer des réseaux de recharge ultra-rapides pour les VE et d’augmenter le nombre de bornes de recharge.

La domination de la Chine, en revanche, pourrait être menacée par l’expansion du secteur des véhicules électriques dans d’autres régions du monde. L’Europe, par exemple, devrait augmenter considérablement sa capacité de production de batteries dans les années à venir.

L’Europe

L’Europe a la deuxième plus grande demande de véhicules électriques après la Chine. Entre 2010 et 2020, 25 % des véhicules électriques produits dans le monde l’ont été dans cette région. En 2020, le marché européen des véhicules électriques (VE) a connu une croissance sans précédent. Comme l’indique le rapport “Update on electric vehicle uptake in European cities“, dans la Communauté européenne, plus de 1,36 million de nouvelles voitures particulières électriques, y compris des véhicules électriques à batterie (BEV) et des véhicules électriques hybrides rechargeables (PHEV), ont été vendues, soit une augmentation de 143 % par rapport à l’année précédente.

Grâce à la vigueur des ventes en 2020, l’Europe a dépassé la Chine en tant que premier marché mondial des VE. Ainsi, si nous définissons les VE comme des véhicules électriques à batterie (BEV) et des véhicules hybrides rechargeables, l’Europe a dépassé la Chine en termes de ventes de VE. Mais lorsqu’il s’agit des ventes et du déploiement de VE dans le monde, la Chine est évidemment en tête. Ce pays d’Asie de l’Est compte plus de la moitié des véhicules électriques du monde.

L’augmentation des ventes coïncide avec la fixation par de nombreux pays européens de dates pour l’élimination progressive des véhicules à carburant fossile, ainsi qu’avec la proposition de la Commission européenne d’interdire effectivement les véhicules à carburant fossile à partir de 2035. L’Europe a également imposé des normes d’émission de carbone et des subventions aux véhicules électriques pour les constructeurs automobiles et les consommateurs. Avec les lois concernant les voies prioritaires et le stationnement, ainsi que la mise en œuvre de campagnes de sensibilisation, les villes sont bien placées pour agir sur la commodité et la sensibilisation.

Les États-Unis

Les États-Unis sont l’un des trois plus grands marchés pour les VE, mais leurs ventes ne représentent qu’une minorité de celles réalisées en Europe et en Chine. Les États-Unis tentent de rattraper leur retard, mais ils sont loin derrière la Chine et l’Europe avec leur taux de pénétration de seulement 2 %. Aux États-Unis, les véhicules électriques, y compris les hybrides et les véhicules électriques à batterie pure, ne représentaient que 2,3 % des ventes de véhicules neufs en 2020. Parallèlement, les véhicules électriques ont représenté 10 % des ventes de voitures neuves en Europe et 6 % en Chine.

Le président Biden souhaite changer cette situation, en demandant que les véhicules électriques représentent la moitié de toutes les ventes de voitures d’ici 2035 et en proposant une série de politiques visant à redonner aux États-Unis leur place de leader dans la fabrication, les réseaux d’approvisionnement et la recherche en matière de véhicules électriques. Le gouvernement américain prévoit de remplacer les flottes de véhicules par des véhicules électriques. Elle s’inscrit dans le cadre de l’engagement environnemental de l’administration américaine.

Un nouveau plan d’infrastructure bipartisan aux États-Unis alloue 15 milliards de dollars à l’infrastructure des véhicules électriques, aux bus électriques et aux transports publics, ce qui représente une fraction de la proposition antérieure du président Joe Biden de dépenser 174 milliards de dollars pour développer l’industrie des VE.

Electric vehicle charging technology

Liste des pays européens leaders dans la course à la voiture électrique

L’intérêt pour les voitures électriques varie selon les pays. Le classement montre quelques pays qui avancent vers la transition électrique, avec leur position, leur approche et leurs plans futurs.

  1. Norvège
  2. Islande
  3. Suède
  4. Pays-Bas
  5. Finlande
  6. Danemark
  7. Suisse
  8. Royaume-Uni
  9. Luxembourg
  10. Autriche
  11. Allemagne
  12. Belgique
  13. France
  14. Portugal
  15. Italie
  16. Irlande
  17. Hongrie
  18. Espagne
  19. Grèce
  20. Pologne
  21. Roumanie
  22. Slovaquie
  23. République tchèque

Norvège

L’approche de la Norvège est considérée comme un excellent modèle en Europe. Depuis 1990, le gouvernement a mis en place de nouvelles politiques pour commencer à investir dans les voitures électriques. Entre autres réformes, le stationnement gratuit a été proposé, les frais de péage ont été supprimés et les taxes ont été réduites. En Norvège, il se vend déjà plus de voitures électriques que de voitures à essence. Personne n’aurait pu prédire cela il y a dix ans. Mais il n’y a pas que les voitures qui sont devenues électriques ; il y a aussi les réseaux de bus, de trains et de tramways, ainsi qu’un grand nombre de vélos électriques.

La Norvège souhaite que 100 % des véhicules vendus soient électriques d’ici 2025. L’approche norvégienne de l’environnement écologique conduira le pays à interdire la vente de nouvelles voitures à carburant fossile à partir de 2025.

Pays-Bas

Les Pays-Bas sont l’un des principaux marchés de véhicules électriques en Europe et dans le monde. En 2020, les véhicules électriques à batterie (BEV) représentaient 21 % de toutes les voitures nouvellement immatriculées, tandis que les véhicules électriques hybrides rechargeables représentaient 4 %. Aux Pays-Bas, les véhicules électriques représentent plus de la moitié de tous les VE en circulation. C’est le résultat des réglementations progressives mises en place. Ils offrent une exonération de la taxe d’achat et de la taxe sur les véhicules automobiles jusqu’en 2024.

Aux Pays-Bas, on observe une croissance et un taux relativement élevé d’adoption des VE. Toutefois, les prix de l’essence ou du diesel sont relativement élevés par rapport aux autres marchés européens. Ce pays compte également environ une borne de recharge pour chaque 2 km de route. Mais la recharge d’un véhicule prend beaucoup de temps.

Suède, Islande, Finlande

Les pays nordiques adoptent rapidement les voitures électriques. Ils figurent dans le top 5 car ils s’adaptent rapidement à la réalité des voitures électriques. Selon les statistiques de l’AIE, les ventes de VE en Suède ont doublé entre 2019 et 2020. La Suède est exonérée des taxes sur les émissions de CO2 jusqu’à cinq ans après l’immatriculation. Et comme en Norvège, ces pays réduisent les taxes routières annuelles et offrent des parkings gratuits ou soutiennent des systèmes de stationnement privés. Dans les pays nordiques, il existe également une éducation publique sur la transition vers le VE et un soutien général.

Danemark

Les ventes de BEV et de PHEV au Danemark ont augmenté de manière significative par rapport aux années précédentes en 2020, représentant 16,4 % du total des nouvelles immatriculations de voitures particulières. Des sous-objectifs ont été fixés en 2025 par la loi danoise sur le climat et le plan d’action national pour le climat afin de parvenir à une réduction de 70 % en 2030 en vue de la neutralité climatique en 2050.

Le Danemark a également mis en place une nouvelle fiscalité pour augmenter le nombre de voitures écologiques sur les routes danoises. Le Danemark prévoit d’avoir un million de voitures écologiques d’ici à 2030. Le nombre de voitures diesel diminue, les Danois optant pour des choix plus respectueux de l’environnement. Ils veulent remplacer les futurs véhicules qui polluent l’air par des véhicules électriques ou hybrides. La vente de voitures diesel et à essence a diminué de 6 000 et 5 400 respectivement au premier et au deuxième trimestre de 2021.

Suisse

En 2021, la croissance du marché suisse a presque atteint celle de la Norvège et des Pays-Bas. La Suisse, dont le produit intérieur brut (PIB) est similaire à celui de la Norvège, a établi son propre record de ventes. L’objectif du gouvernement fédéral de faire passer la part des nouveaux véhicules rechargeables à 15 % d’ici 2022 a été atteint dès le mois dernier.

Selon InsideEVs, la Suisse a atteint près de 40 % du marché global des véhicules avec 9,9 % des ventes de véhicules électriques à batterie, 8,3 % des ventes de véhicules hybrides rechargeables et 20,6 % des ventes de voitures hybrides. La Suisse veut devenir neutre en carbone d’ici 2050. Il y a quelques années, on voyait très rarement des véhicules électriques dans ce pays alpin, mais la situation est en train de changer. Le modèle le plus populaire en Suisse est la Tesla Model 3, comme le montre le schéma.

Generic electric car with battery visible x-ray charging at public electric vehicles charger in city parking.

Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a mis en place une approche proactive pour réaliser la transition vers les VE. Le nouvel objectif concerne l’interdiction des voitures à essence ou diesel à partir de 2030. Mais le sentiment des consommateurs est plutôt mitigé, ce qui s’explique par le manque de dispositifs de recharge et le prix du passage aux véhicules électriques. L’achat d’une voiture électrique coûte en moyenne 1,5 fois plus cher que celui d’un véhicule classique au Royaume-Uni.

Cependant, le nombre de bornes de recharge au Royaume-Uni augmente rapidement et la priorité devrait être d’investir dans de nouveaux chargeurs rapides ou ultra-rapides et de faciliter l’accès aux chargeurs publics. Pour atteindre ces objectifs, il faudra continuer à promouvoir l’adoption des véhicules électriques. Le gouvernement britannique accélère le rythme de ses activités. Passer à l’utilisation d’énergies renouvelables est essentiellement la seule option pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80 % d’ici 2050.

Luxembourg

Le Luxembourg est sur la bonne voie pour la transition électrique. La situation des infrastructures de tarification est comparable à celle des autres pays de référence de l’UE. Cependant, les possibilités de recharge gratuite sont limitées. Il y a très peu de bornes de recharge de plus de 50 kW au Luxembourg. Cela peut influencer la décision des utilisateurs de passer aux véhicules électriques (rechargeables) lorsque le coût total de possession est calculé, en tenant compte du prix d’achat, des coûts énergétiques et des avantages fiscaux.

Comme l’a souligné electrive.com, le gouvernement luxembourgeois a prolongé son régime de subventions aux véhicules électriques de douze mois supplémentaires, jusqu’au 31 mars 2022. À l’avenir, le prix des véhicules purement électriques sera lié à leur consommation d’électricité. Certains changements s’appliqueront également aux voitures hybrides rechargeables. Pour une adoption massive, il est indispensable de disposer d’un nombre suffisant de stations de recharge, correctement situées en fonction des schémas de mobilité générale, et dotées du niveau de puissance nécessaire pour permettre la recharge rapide.

Autriche

L’Autriche a connu un bon départ en matière d’e-mobilité. C’est pourquoi ils établissent maintenant des règles encore plus strictes, comme l’interdiction des véhicules à combustion. Seuls les voitures particulières, les véhicules à deux roues, les véhicules utilitaires légers et les véhicules utilitaires de plus grande taille à émissions nulles seront immatriculés en Autriche d’ici à 2030, car le pays prévoit d’interdire toute forme de combustion d’ici à 2030. Il s’agit de l’une des politiques incluses dans le “Plan directeur de la mobilité 2030” de la ministre des infrastructures, Leonore Gewessler. Le plan n’est toutefois pas contraignant. Comme l’a mentionné Gewessler, il s’agit d’une “carte et d’une boussole” pour le changement de mobilité.

Actuellement, le secteur des transports est à l’origine d’environ 30 % des émissions de CO2 en Autriche. Pour que l’idée fonctionne, il faut donc installer plus de 1 000 sites de recharge rapide le long des autoroutes et doter les parcs relais de bornes de recharge pour faciliter la transition vers l’électromobilité. En 2030 au plus tard, 100 % de toutes les nouvelles immatriculations dans le secteur des transports pour les catégories de véhicules susmentionnées doivent être exemptes d’émissions afin d’atteindre l’objectif de neutralité climatique de l’Autriche d’ici 2040. Toutes les nouvelles immatriculations de bus doivent être exemptes d’émissions d’ici 2032, et toutes les nouvelles immatriculations de véhicules commerciaux de plus de 18 tonnes doivent être exemptes d’émissions d’ici 2035.

Allemagne

Les voitures électriques sont encore assez chères en Allemagne, mais ce pays a néanmoins fait pas mal de progrès vers la transition électrique. Dans le cadre du programme d’action pour le climat 2030, l’Allemagne prévoit d’installer un million de bornes de recharge sur ses routes et de compter jusqu’à 10 millions de véhicules électriques. En Allemagne, les consommateurs peuvent désormais bénéficier d’incitations financières assez élevées pour les véhicules entièrement électriques.

Même si l’Allemagne a fixé un délai pour que les constructeurs électrifient leurs flottes, la plupart d’entre eux ne sont pas en mesure d’atteindre le niveau net zéro. Par rapport à d’autres pays, l’Allemagne propose également une interdiction moins stricte des voitures à essence et diesel, mise en place seulement à partir de 2050. Toutefois, l’Allemagne compte actuellement environ un million de voitures électriques en circulation, mais pour atteindre l’objectif de 15 millions d’ici à 2030, elle doit en vendre 14 millions au cours des huit prochaines années.

Belgique

Sur les marchés de l’électricité et du gaz naturel, la Belgique a fait un énorme progrès. Elle a réduit sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles tout en augmentant son utilisation des énergies renouvelables. Qui plus est, l’économie du pays devient moins gourmande en énergie. Le gouvernement offre une incitation fiscale pour la mise en place d’une infrastructure de recharge en Belgique afin d’atteindre l’objectif d’une flotte verte. L’achat d’une borne de recharge domestique donnera lieu à une réduction d’impôt sur la déclaration de revenus du citoyen.

Le Parlement belge a approuvé une loi proposée par le ministre des finances, Vincent Van Peteghem, pour accélérer l’électrification des véhicules professionnels dans le pays. En revanche, l’interdiction prévue des voitures de société à moteur à combustion interne a été abandonnée, mais les véhicules électriques sont désormais les seuls à pouvoir bénéficier d’avantages fiscaux. Mais certaines règles doivent encore être mises en œuvre, comme le fait que seules les voitures de société à émissions nulles pourront bénéficier d’allégements fiscaux à partir de 2026.

France

La France offre des incitations financières (remises sur l’immatriculation des véhicules électriques et des véhicules hybrides rechargeables). Mais il est prévu de commencer à interdire aux conducteurs d’utiliser des voitures à essence ou diesel uniquement d’ici 2040. Compte tenu des avantages considérables qu’offre la possession d’un véhicule électrique, l’accessibilité financière est assez faible, tout comme l’adoption des VE. Selon Impact Economist, les véhicules électriques ne représentent que 0,6 % de l’ensemble des véhicules en circulation. L’infrastructure totale de recharge est moins développée que dans d’autres pays.

Toutefois, les incitations actuelles pour l’achat d’un nouveau véhicule entièrement électrique ou hybride rechargeable, ainsi que les primes de reprise pour les voitures neuves et d’occasion plus propres, seront prolongées jusqu’en juillet 2022 en France.

Portugal

Pour encourager la possession de VE et la rendre plus attrayante pour les consommateurs, le Portugal a créé une série d’avantages fiscaux et de subventions. Afin de rendre la possession d’un VE plus viable, le Portugal investit également dans leur infrastructure de recharge.

Le marché portugais est passé de 5 % à 16 % en matière de ventes de véhicules électriques. Le Portugal prévoit d’installer 40 000 bornes de recharge d’ici 2025. Portugal EDP a décidé de porter de 34 à 48 le nombre de bornes de recharge rapide ou ultra-rapide pour les stations-service BP et Repsol.

Italie

Les ventes de VE en Italie ont considérablement augmenté l’année dernière. Après une croissance mensuelle régulière et un pic en fin de trimestre, l’Italie, quatrième marché automobile d’Europe, est sur le point d’obtenir une part de marché à deux chiffres pour les véhicules rechargeables.

De même que les années précédentes, les ventes de véhicules électriques en Italie ont triplé entre 2019 et 2020. Les propriétaires de voitures polluantes doivent payer une écotaxe, mais s’ils possèdent un véhicule électrique, ils en sont exonérés pendant cinq ans. Le gouvernement italien prévoit de réduire à zéro les émissions nettes des véhicules d’ici 2050 et de remplacer les modèles polluants d’ici 2035. L’Italie prévoit de développer l’expansion de son infrastructure de recharge et de relever le niveau d’adoption des VE.

Irlande

Selon le SEAI, l’Irlande comptait 41 000 véhicules électriques, y compris les véhicules hybrides rechargeables, en septembre 2021. Mais comme l’a prédit l’Association britannique pour les énergies renouvelables et les technologies propres (REA), l’Irlande est très en retard par rapport aux autres pays européens en termes d’infrastructures de recharge, ce qui pourrait compromettre les objectifs de réduction des émissions du pays. Environ 2 000 stations de recharge sont réparties dans toute l’Irlande, notamment dans les zones urbaines. Selon ESB, le pays possède 1 350 stations de recharge publiques dont l’utilisation était auparavant gratuite. L’enquête indique que seulement 5 % des automobiles nouvellement immatriculées en Irlande l’année dernière étaient des véhicules électriques. Ce chiffre est bien inférieur aux 25% des Pays-Bas et aux 75% de la Norvège.

Toutefois, le ministère irlandais des transports a publié des informations sur les subventions aux voitures électriques pour l’année 2022. Il est prévu de consacrer 100 millions d’euros à cette fin, soit environ le double du montant prévu en 2021. Les subventions pour les véhicules et camionnettes entièrement électriques seront maintenues à leur niveau actuel. À partir du 1er janvier 2022, le nouveau règlement ne couvrira plus les incitations à l’achat pour les véhicules hybrides rechargeables. Cette décision intervient après que les primes pour les PHEV aient été réduites de moitié, à 2 500 euros, en juillet.

Hongrie

Le programme du gouvernement hongrois accélère l’adoption des automobiles vertes, ce qui place la Hongrie en bonne position dans la transition européenne vers les VE. Le nombre de voitures non alimentées par des carburants fossiles a augmenté au rythme le plus rapide sur le marché hongrois au cours du premier semestre 2020. En Hongrie, 19 000 véhicules entièrement électriques et 20 000 véhicules hybrides rechargeables ont été mis en service, soit un total de 39 000 plaques d’immatriculation vertes.

Les avantages fiscaux liés à la propriété en Hongrie sont similaires à ceux d’autres pays européens. La taxe sur les véhicules et la taxe sur les transferts de propriété sont supprimées pour les voitures ayant une plaque verte. Les autres voitures paient une taxe régressive sur les véhicules et une taxe de transfert basée sur l’âge du véhicule et la puissance du moteur. Il y a des avantages en matière de stationnement et le stationnement est gratuit lorsqu’on recharge un véhicule électrique.

Battery and wire installed on electric system of eco car engine, Automotive part concept.

Espagne

L’Espagne est l’un des plus grands marchés de voitures particulières en Europe, mais le pourcentage de voitures électriques y est faible. Même si l’Espagne a fait quelques progrès vers la transition vers les véhicules électriques, ce pays compte moins de deux stations de recharge pour 100 km de route et les chargeurs sont lents (vitesse inférieure à 43 kW).

Toutefois, en commençant par le plan Moves II, ils veulent relever le niveau d’adoption des VE et augmenter le nombre de chargeurs privés ainsi que de stations de recharge. Il semblerait que l’Espagne se prépare à construire une nouvelle usine de fabrication de batteries et de véhicules électriques avec l’argent du fonds de solidarité de l’Union européenne en cas de pandémie.

Greece

Le passage à l’énergie durable semble être une tâche énorme pour la Grèce, un pays d’environ 10 millions d’habitants qui vient seulement de sortir d’une horrible crise financière qui dure depuis dix ans et qui dépend encore largement des combustibles fossiles pour son électricité. Mais les prévisions grecques mises en place en 2020 sont ambitieuses : l’agriculture neutre en carbone, les champs solaires, le tourisme durable et les campus de start-ups entrepreneuriales pourraient théoriquement moderniser la Grèce, en créant jusqu’à 200 000 nouveaux emplois dans les secteurs de l’énergie et de l’environnement. Le pays espère que d’ici à 2030, un véhicule sur trois sera électrique, grâce à des primes à l’achat et à l’amélioration des infrastructures de recharge.

Au sujet des taxes, en Grèce, la taxe d’immatriculation des véhicules électriques est supprimée. Les véhicules hybrides bénéficient d’une réduction de 50 %. Mais la taxe de luxe n’est pas appliquée aux véhicules électriques. Jusqu’en juin 2022, les BEV sont exonérés des frais de stationnement.

Pologne

La qualité de l’air dans les villes polonaises est l’une des plus mauvaises d’Europe, et les appels se multiplient pour que le gouvernement agisse rapidement afin de l’améliorer. Il faut davantage d’électrolyseurs d’hydrogène verts, d’installations de stockage d’énergie et de voitures électriques.

La Pologne fait de petits pas vers la transition vers les VE, mais il reste encore beaucoup à faire pour que l’industrie polonaise devienne un acteur important sur ce marché. La politique de mobilité de la Pologne, publiée en 2017, a fixé un objectif ambitieux : 1 million de véhicules électriques d’ici 2025. La Fondation européenne pour le climat estime que les investissements dans les installations de fabrication de batteries, telles que l’importante usine de fabrication de lithium-ion de LG CHEM à Wroclaw, pourraient permettre à l’économie polonaise de mieux se positionner par rapport aux groupes motopropulseurs électriques. Des entreprises nationales comme Solaris s’imposent comme l’un des principaux développeurs européens de véhicules à faible émission de carbone. Mais si l’on considère le degré de préparation de la Pologne à la révolution du véhicule électrique, elle se situe en bas de la liste.

Roumanie, Slovaquie, République tchèque

Les cinq marchés clés d’Europe de l’Est sont la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque et la Roumanie, où la Roumanie, la Slovaquie et la République tchèque obtiennent le score le plus bas et où l’adoption des VE est la plus lente. Ces pays font les plus petits pas vers la transition vers le véhicule électrique.

Conclusions du classement

Les véhicules électriques (VE) sont la clé d’un avenir à zéro émission de carbone et le marché de l’électricité connaît une croissance rapide. Par rapport à l’année dernière, presque tous les pays du continent ont montré une plus grande réceptivité aux VE. Les positions des pays dans le classement varient en fonction de la quantité de BEV et de PHEV achetés dans chaque pays, ainsi qu’en fonction de l’infrastructure énergétique, du nombre de chargeurs électriques et du sentiment des consommateurs vis-à-vis de l’e-mobilité.

Voici les principales conclusions concernant les pays mentionnés dans le classement :

  • En 2020 et 2021, l’Europe et la Chine étaient les marchés dominants des VE, avec plus de 80 % des ventes de véhicules hybrides rechargeables et électriques à batterie.
  • Malgré la pandémie, les ventes de véhicules électriques ont connu une forte croissance, notamment en Europe.
  • Les données du baromètre VE 2021 montrent que le nombre d’acheteurs de véhicules électriques dans les pays nordiques est également en hausse, la Norvège occupant la première place.
  • Selon LeasePlan, la Norvège, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont les mieux préparés à la transition vers les véhicules électriques.
  • Le Luxembourg, l’Autriche et la Belgique obtiennent de meilleurs résultats que par le passé.
  • La France et le Portugal s’améliorent progressivement tandis que l’Italie et l’Espagne sont encore en retard, mais se mobilisent.
  • Selon Virta, une plateforme digitale de recharge des véhicules électriques, l’Allemagne, la France, le Royaume Uni et l’Espagne comptent un nombre important de chargeurs lents en Europe. D’autres pays européens rejoignent la révolution des véhicules électriques en ajoutant des chargeurs rapides. L’Europe devrait compter 14 millions de VE d’ici 2025 et 100% des voitures devraient être électriques à partir de 2035.

Prédictions concernant les VE pour 2022

L’industrie automobile mondiale connaît la révolution technologique la plus importante depuis un siècle. La plupart des pays doivent se concentrer sur la transition vers les véhicules électriques afin d’éviter de se laisser distancer. Mais la vraie course ne se déroule pas entre les nations mais contre le temps. Malgré ces grands progrès, les véhicules électriques représentent encore à peine 1% du parc automobile mondial.

En 2022, d’autres pays rejoindront probablement la transition vers les VE. Les entreprises et les constructeurs concevront davantage de voitures électriques pour atteindre leurs objectifs d’ici la fin de la nouvelle année. Mais la question est de savoir si les voitures électriques prendront le dessus d’ici 2030. Avec les plans de certains pays, c’est possible mais cela ne se produira pas encore à l’échelle mondiale. Tout d’abord, les pays ont besoin de davantage de chargeurs de véhicules électriques, en particulier de chargeurs plus rapides. Et surtout, rendre le véhicule électrique plus accessible aux clients.

Il est également important que les gouvernements de ces pays et d’autres nations se concentrent sur les nouvelles technologies. La recharge intelligente des véhicules électriques, c’est-à-dire l’utilisation de dispositifs de recharge connectés au cloud, est une autre tendance qui se développe constamment dans le secteur des véhicules électriques. La recharge intelligente des VE offre un confort accru et un meilleur contrôle de la consommation d’électricité, tant pour les propriétaires d’entreprises que pour les consommateurs.


Total
0
Shares
Publication précédente

La technologie SPE apporte une connectivité Ethernet directe aux capteurs et actionneurs d’automatisation industrielle

Publication suivante

Top des tendances dans l’industrie manufacturière

Publications similaire